S'identifier

Accès à l'eau potable : Bilan 2016

Pour rappel, l’accès à l’eau potable et à l’assainissement a été défini comme axe prioritaire dans le Plan de Développement de la Commune de Béré en 2013.

GESTM a répondu positivement à la demande de soutien du maire et élaboré, en étroite collaboration avec l'association "Eau Vive Burkina", un programme d'actions sur 13 des 21 villages de la Commune Rurale.
Dans ce contexte, le programme d'amélioration de l'accès à l'eau potable de la Commune Rurale de Béré, qui a démarré en décembre 2014 pour une période de 24 mois, vient de se terminer.

Le partenaire technique "Eau Vive Burkina" a parfaitement conduit ce programme dans son contenu et en respectant les délais de réalisation. La mission de novembre a pu faire un point de situation avec ce partenaire.
 

La rencontre avec le Maire de Béré et ses adjoints a confirmé le bon déroulement du programme et la satisfaction du conseil municipal.

Les résultats obtenus

1er objectif : Renforcer les capacités de la Commune à la maîtrise d’ouvrage du service d’eau potable.

  1. - le Plan Communal de Développement - Accès à l’Eau Potable et Assainissement (PCD-AEPA), est élaboré, validé et utilisé par les autorités communales pour une contribution communale à hauteur de 2 332 €.
  2. Le Comité de Coordination Eau  (CCEau) est créé et fonctionnel dans la commune. Deux sessions de formation du CCEau ont eu lieu sur les thématiques de la décentralisation, la maîtrise d'ouvrage communale, la réforme du système de gestion des ouvrages hydrauliques en milieu rural et semi-urbain, deux propositions du CCEau sur le prix de l'eau et le montant de la redevance sont validées par les autorités communales.
  3. - La formation des élus. Les élus communaux sont formés à la maîtrise d’ouvrage du service public d’AEP (Approvisionnent en Eau Potable) et à la réforme C’est ainsi que 40 élus locaux ont été formés sur la gouvernance du service public d'eau potable et à l’application de la loi sur l’eau et l’assainissement. Les élus ont identifié les enjeux de la commune rurale en matière de gestion du service d'eau potable et les actions prioritaires à mener pour améliorer la gestion du SPE ont été bien identifiées.
  4.  - La mise en place des Association des Usagers de l’Eau (AUE) dans les villages-cibles ainsi que la formation et l'encadrement des membres des bureaux exécutifs des AUE. :
  • Treize AUE sont créées dans treize villages bénéficiaires du programme GESTM de forages nouveaux ou rénovés et les huit autres villages ont pu bénéficier de cette création par un programme via les services de l’état, notre partenaire ayant pu justifier la demande communale
  • Deux sessions de formation sur la réforme et la gestion des Pompes à Motricité Humaine (PMH) dans les treize villages et une session au profit des huit nouvelles AUE. Cette session complémentaire a pu être financée sur le programme GESTM grâce au coût des forages neufs moins important que prévu. Ce complément permet de couvrir la totalité de villages de la commune en AUE formées
    •  2 231 personnes sont sensibilisées et formées sur la gestion des PMH. La commune a délégué aux AUE la gestion des PMH
    • Le prix de l'eau est fixé et harmonisé sur tout le territoire (3000 F/ménage/an)
    • Le montant de la redevance "eau" est fixé (10 000f/pmh/an)
    • 70% des AUE ont recensé les usagers et commencé la collecte de cotisations
    • 100% des AUE ont apporté la contribution villageoise à la réalisation des forages
    • 60% des AUE ont défini les modalités de paiement du service de l'eau

2ème objectif : Améliorer l’accès au service d’eau potable dans les villages-cibles :

  • Sept forages neufs sont réalisés et fonctionnels
  • Huit forages sont réhabilités et fonctionnels
  • 4 500 personnes ont un meilleur accès à l'eau potable
La contribution communale à hauteur de 1,2 million F CFA (soit 2 744 €) a été payée
Puits rénové
Puits refait

Les responsables de "Eau Vive" ont répondu aux attentes et objectifs fixés par le projet. Leurs compétences et leur professionnalisme sont reconnus et permettent d’envisager une suite.

Le budget global de 254 348 € est respecté et financé avec l'appui de plusieurs financeurs
  •     l'Agence de l'Eau Loire-Bretagne,
  •     le Conseil Régional,
  •     le SIDERM,
  •     l'Agence de microprojets,
  •     les communes d'ETIVAL et de FILLE
  • et pour 2016 la CCAS.
Lors de la mission de novembre, les lignes de prolongement du projet ont été évoquées pour assurer la pérennité des acquis.




Le projet d'accès à l'eau potable

Pour rappel, l’accès à l’eau potable et à l’assainissement a été défini comme axe prioritaire dans le Plan de Développement de la Commune de Béré en 2013.
GESTM a répondu positivement à la demande de soutien du maire et élaboré en étroite collaboration avec l'association "Eau Vive Burkina" un programme d'actions sur 13 des 21 villages de la Commune.

Les objectifs de ce projet d'accès à l'eau sont :
  • Renforcer les capacités de la Commune à la maîtrise d’ouvrage du service d’eau potable.
  • Améliorer l’accès au service d’eau potable dans les villages cibles.
Dans ce contexte, le programme d'amélioration de l'accès à l'eau potable de la Commune Rurale de Béré a démarré en décembre 2014 pour une période de 24 mois.

Plusieurs axes d'actions de ce programme sont d'ores et déjà menés à bien :
1. L'élaboration du P C D / A E P A
le Plan Communal de Développement pour l'Approvisionnement en Eau Potable et l'Assainissement qui fixe les objectifs stratégiques et il définit la planification des actions.
2. La mise en place du C C Eau
le Comité Communal de l'Eau et de l'Assainissement.
Une délégation de la Commune Rurale s'est rendue en voyage d'études à Saponé pour faciliter cette mise en place. Les membres du C C Eau ont bénéficié d'une formation afin de les préparer à leurs fonctions qui consistent principalement à recenser les problèmes liés à l'eau des usagers, à être force de propositions ainsi qu'à soutenir et appuyer les AUE. C'est une commission qui est force de propositions et d'appréciations vis à vis du Conseil Municipal de la Commune de Béré dans le domaine de l'eau et l'assainissement.
3. La création des A U E
les Associations des Usagers de l'Eau existent dans chacun des 13 villages. Chaque A U E est en responsabilité de tous les points d'eau du village et gère les P M H, les pompes à motricité humaine. L'A U E mutualise les redevances pour assurer l'entretien de ces pompes.
AUE de Zingounvousse AUE de Bougoumbarga

Les A U E ont été mises en place et sont opérationnelles, les responsables ont été formés. Lors de la mission de novembre, Alain GERVAIS a rencontré les responsables des A U E des villages de Bougoumbarga et de Singnoguin et a constaté une forte motivation, une réelle satisfaction de pouvoir améliorer le service de l'accès à l 'eau. Cette nouvelle organisation a incité les huit autres villages à solliciter la formation d' A U E dans leur propre commune. En mai dernier, une délégation de trois représentants de la Commune Rurale de Béré a assisté à un atelier de partage d'expériences sur les A U E avec d'autres communes.

4. Huit forages ont été réhabilités et un forage nouveau a été réalisé à Koullwoko.



La collaboration avec "Eau Vive Burkina" est constructive et positive. Nous avons des contacts réguliers avec cette association

réunion avec Saidou ouedraogo et Alain Gervais lors de la mission novembre 2015


Lors de sa dernière mission, Alain GERVAIS a rencontré Madame BAYALA, responsable de "Eau Vive" sur le projet et a constaté la compétence et le professionnalisme de cette structure ainsi que la satisfaction et la motivation des acteurs locaux.
Le budget global  de 254 348 € est financé avec l'appui de plusieurs financeurs
  • l'Agence de l'Eau Loire-Bretagne,
  • le Conseil Régional
  • le SIDERM
  • l'Agence de microprojets
  • les communes d'ETIVAL et de FILLE.


-.-.- L'accès à l'eau

La plupart des villages possèdent des forages collectifs assez profonds qui permettent l’alimentation en eau de boisson pour les populations et les animaux. 
L’habitat étant très dispersé, les forages sont localisés assez loin des habitations. Ils demandent une grande énergie humaine pour être mis en action. Ce travail de ravitaillement en eau est généralement confié aux toutes jeunes filles. Depuis peu, les villageoises sont équipées de petites charrettes, un genre de brouettes, ce qui rend le travail moins difficile. 
Mal entretenus et pas assez nombreux, les forages ont le désavantage d’être souvent ensablés et non fonctionnels. 

Des puits de grand diamètre existent. Ils sont généralement creusés près d’un jardin maraîcher et l’eau est utilisée pour l’irrigation. Là encore, ils sont mal entretenus et donc souvent peu fonctionnels.

  
Puits en exploitation
 
 
Quelques villages comme : Béré, Kondrin, Roanbanka, Sidtenga ont un barrage qui crée une retenue d’eau à proximité du village. 
Cette eau est utilisée par les troupeaux de bovins et les autres animaux. Elle est quelquefois pompée pour l’arrosage de jardins maraîcherstout proches. 
L’eau est abondante pendant la saison humide et jusqu’en février. 
De façon générale, les lacs ont tendance à s’envaser en amont du barrage et donc l’eau s’évapore et les lacs se vident rapidement dès les premières chaleurs. 
Souvent, mal entretenus, les barrages ne sont plus vraiment efficaces. 

  
Zone de maraîchage liée au barrage de Roanbanka
 
 

 Actions de GESTM pour l’accès à l’eau des populations villageoises

La réhabilitation de deux puits de grand diamètre : 
En 2009, GESTM a participé à la réhabilitation de deux puits en mauvais état dans deux villages de la Commune Rurale de Béré : MANDIE et DOURE
 
L’aide à la réalisation d’un forage : 
A la demande des parents et des enseignants, un forage a été réalisé à proximité de l’école de BOUGOUMBARGA avec l’objectif d’éduquer les enfants à l’hygiène courante et de faciliter la cantine scolaire pour son approvisionnement en eau. 
Malgré des travaux adaptés, le forage a rencontré des difficultés pour son installation, la nappe d’eau potable étant à une très grande profondeur (autour de 30 m) Actuellement, ce forage ne répond pas aux attentes des villageois et produit peu d’eau. 
 
Le renforcement d’un barrage près d’un village : 
En 2007, un jardin maraîcher collectif a été crée près du lac de barrage de ROANBANKA. 
Force a été de constater alors que le barrage, construit en 1986, était devenu poreux et ne retenait plus les eaux correctement. Le lac connaissait des niveaux d’eau très bas en saison sèche. 
 
GESTM a mené à bien le renforcement du barrage de ROANBANKA entre 2009 et 2011. 
En 2009-2010, des études préliminaires ont été demandées au constructeur du barrage. Des relevés topographiques ont été réalisés par des étudiants de l’Institut Supérieur des Géomètres du Mans. 
En 2011, après des travaux de terrassement d’envergure, le barrage de ROANBANKA est réhabilité.  
Le budget global de ces travaux s’élève à 54 730 €. 



Mots-clés : , , , ,

                                                                                                                                                                                                                                            → retour Accueil

 Mentions légales  - Crédits photographique GESTM : tous droits réservés



Site conçu par Intonaco Créations, Association Atelier du Jardin bleu